• 298

Le palissage à faible stress (LST) est une technique de culture qui nécessite de manipuler la forme des plants pour obtenir de meilleurs rendements. C’est facile à faire, et peut être très amusant ! Découvrez comment le faire comme un pro !

Même si vous manquez encore d’expérience en termes de culture de cannabis, vous devriez envisager de tester le palissage à faible stress. Cette technique, aussi appelée LST, est une méthode simple et méthodique qui permet d’augmenter les rendements tout en contrôlant la hauteur et la forme de vos plants.

QU’EST-CE QUE LE PALISSAGE À FAIBLE STRESS ET POURQUOI LE FAIRE ?

Étant une méthode de palissage permettant de booster les rendements, le LST permet aux cultivateurs d’exploiter au maximum leur espace et la luminosité disponible. Pour faire simple, cette technique de palissage implique de délicatement plier et attacher les branches et les tiges du plant de cannabis. Nous faisons cela pour deux raisons : premièrement, le cannabis se développe normalement en une seule tige principale qui développera à son tour, une large branche de têtes allongée. Cela se fait aux côtés de plus petites branches latérales possédant de plus petites têtes. La tendance naturelle du cannabis à se développer en une forme « d’arbre de Noël » est appelée la dominance apicale. Avec le LST, l’objectif est de briser cette dominance apicale et d’aplatir la canopée pour que tout pousse à la même taille.

Cela nous amène à la seconde raison justifiant le LST : une meilleure distribution de la lumière. En pliant et en attachant les plants de manière à ce que cela brise la dominance apicale et en uniformisant la hauteur de la canopée, toutes les zones des plants seront exposées à une plus grande empreinte lumineuse, ce qui permettra logiquement d’avoir de meilleurs sites de têtes et de plus gros rendements à la fin ! Non seulement cela est formidable, mais le LST ne nécessitera même pas de modifications de votre système de culture pour obtenir d’excellents résultats. Tout ce dont vous avez besoin, c’est de quelques conseils et outils pratiques.

L’HISTOIRE DU PALISSAGE À FAIBLE STRESS

Si vous avez l’habitude de cultiver du cannabis, vous savez que les plants ont pour habitude de développer quelques têtes épaisses vers l’apex du plant, et des plus petites dans les zones inférieures. Cela est aussi vrai pour le cannabis que pour d’autres fleurs, fruits et légumes exploités par les humains.

Durant plusieurs siècles, les horticulteurs ont inventé des moyens d’exploiter au mieux leurs plants grâce à de simples méthodes de palissage. Ces techniques peuvent notamment être l’étêtage et la taille des plants ainsi que le pliage, le ScrOG ou toutes autres méthodes similaires. Bien qu’elles soient toutes un peu différentes les unes des autres, chacune permet une exploitation maximale de l’espace, des ressources et de la lumière.

Le LST est une variante moderne d’une ancienne technique utilisée pour forcer les arbres fruitiers à se développer en une structure plus plate. On pense que les Égyptiens de l’Égypte Antique utilisaient des méthodes similaires pour avoir des arbres à figues horizontaux il y a de ça plus de 3 000 ans. Une méthode connue sous le nom _d’espalier_ est alors devenue très populaire en Europe du XVIIᵉ siècle et a permis de créer des haies d’arbres fruitiers en forme d’espalier (c’est-à-dire soigneusement taillées et façonnées) un peu partout. Cette pratique a également été largement appliquée dans les vergers de pommes et de poires, non pas seulement pour de meilleurs rendements, mais aussi pour un aspect visuel enrichi en termes de paysages.

LST : UNE TECHNIQUE DE PALISSAGE QUI NE DÉRANGERA PAS VOS PLANTS

Un élément clé de cette technique de palissage réside dans son propre nom, soit : « faible stress », un attribut qui la différencie des techniques à « haut stress » comme l’étêtage. Contrairement à cette dernière qui implique de couper l’apex principal du plant de manière à redistribuer l’hormone de croissance, le LST est bien plus doux. Non seulement cela réduit le risque de sur-stresser votre plant, mais cela permet également de perdre moins de temps à attendre que le plant s’en remette et s’adapte aux changements à hauts stress. Avec le LST, il n’y a pas besoin de tailler quoi que ce soit, bien que ce soit souvent utilisé en plus d’autres techniques plus intenses. En gros, les plants qui subiront un LST y répondront favorablement, et récompenseront vos efforts et votre délicatesse avec de belles têtes bien larges, des plants sains et une meilleure récolte.

CE DONT VOUS AVEZ BESOIN POUR LE LST

Pour réussir un LST sur vos plants, vous aurez besoin de ces équipements:

  • Attaches pour plantes recouvertes de caoutchouc
  • Piquets fins en bois ou bambou
  • Petite perceuse à main
  • Du ruban adhésif

Bien que cette méthode nécessite peu d’équipement, nous vous déconseillons fortement d’utiliser de la corde lambda pour attacher vos plants vers le bas. Celle-ci ou le fil sont souvent trop fins ou rugueux et risquent d’entailler les tiges, au détriment de la santé de vos plants. Il est préférable d’aller acheter des attaches spécifiquement conçues à cet effet.

PRÉPARER LE POT POUR LE LST

Nous ne cessons de mentionner qu’il faudra attacher les tiges et les branches, mais vers où donc pardi !? Tout ce que vous avez besoin de faire, c’est de percer plusieurs trous autour de la bordure de votre conteneur de culture. Maintenant vous pouvez y faire passer les attaches pour y glisser les branches afin de maintenir les pousses en place.

Pour encore plus de soutien, vous pouvez utiliser de fins piquets en bois ou en bambou d’une taille de 30 cm pour bien tout maintenir en place. Enfin, puisque des accidents peuvent subvenir lorsque l’on plie les branches, prenez du ruban adhésif pour réparer d’éventuelles branches cassées afin qu’elles se régénèrent d’elles-mêmes.

BRISER LA DOMINANCE APICALE

Pour commencer, il va falloir briser la dominance apicale. Commencez en pliant délicatement votre tige principale vers la bordure de votre conteneur. À l’aide de votre attache pour plante et les trous déjà percés, attachez minutieusement la branche à votre trou et voilà ! Vous venez d’aplatir la canopée et de créer de la place pour une future croissance horizontale. Ainsi, la lumière atteindra bien plus de sites à têtes, ce qui résultera en une plus large récolte.

Conseils : certains cultivateurs préfèrent étêter la tige principale, puis plier les pousses secondaires vers les côtés. Ainsi, la plante prendra une apparence similaire à celle d’une « araignée ». Mais même si vous faites un LST standard, c’est-à-dire sans l’étêtage, il serait malin de penser à retirer un peu le feuillage superflu pour améliorer la pénétration de la lumière vers vos têtes.

TAILLER ET MAINTENIR LA FORME DE VOS PLANTS

Une chose à garder à l’esprit avec le LST, c’est qu’il vous faut toujours maintenir une canopée plate de manière à ce qu’aucune branche ne soit plus grande que sa voisine. Pour cela, il est important de plier les pousses vers l’extérieur et le plus loin possible de la tige principale. Cela peut paraître assez évident, mais c’est important d’avoir une forme en tête que l’on souhaite conserver tout le long de la croissance des plants plutôt que de faire ça à la va-vite. Et encore, même cela pourrait fonctionner, mais il est préférable pour les débutants de s’en tenir à une organisation d’ores et déjà prédéfinie pour éviter toutes embûches.

De plus, un accident est vite arrivé si par exemple, vous brisez accidentellement une branche lors de son pliage. Mais on ne panique pas ! Les plants sont bien plus robustes que ce que vous pourriez croire. Tant que toute la branche n’est pas brisée ou arrachée, vous pouvez toujours réparer un accident de la sorte avec votre super ruban adhésif. La branche nécessitera plus ou moins une semaine pour se réparer, mais ce ne sera pas la fin du monde pour vous.

Souvenez-vous aussi que le LST n’est pas une technique que l’on fait seulement une fois avant de passer à autre chose. Cette technique nécessite un entretien des plants régulier. La raison derrière cela, c’est que votre plant continuera de se développer, et ce peu importe la forme que vous avez décidé de lui donner. Avec le temps, les pousses vont grandir et les feuilles s’élargiront. C’est pourquoi il vous faudra ré-ajuster vos pliages de temps à autre pour garantir que votre canopée reste plate et uniforme.

OÙ ET QUAND METTRE EN PLACE LE LST

Certains pensent que le LST n’est réservé qu’aux cultivateurs en intérieur, mais voilà qui est bien faux ! N’oubliez pas que le palissage ne date pas d’hier, et qu’à la base, c’était une technique d’extérieur. Si vous vivez dans un climat plus froid comme au Royaume-Uni ou dans d’autres régions du Nord de l’Europe, le LST d’extérieur peut être une bonne manière d’accroître vos rendements pendant l’été, et ce même si le soleil n’est pas clément avec vous. De la même manière, le LST peut également être pratique pour faire garder à vos plants d’extérieur, une taille assez discrète pour qu’ils passent inaperçus. Un plant que vous aurez attaché vers le bas pour une canopée plus plate ne vous donnera pas seulement de meilleurs rendements, mais il permettra également d’attirer moins de regards curieux que si vous aviez de grands arbres de marijuana plantés en pleine nature qui n’attendent que d’être découverts par divers fouineurs.

Quand faire le LST est une question dotée d’une réponse simple : dès que possible. Une fois que votre plant est bien lancé en phase végétative, il sera prêt à être manipulé. Attendez que votre plant ait déjà établi quelques inter-nœuds solides avant de vous lancer corps et âme dans cette méthode, mais n’attendez pas trop non plus. Le seul moment qui pourrait être vraiment problématique avec le LST serait de le faire lorsque le plant est déjà en pleine floraison. À cette étape, les tiges de la plante peuvent être trop rigides pour être pliées, et vous risquez de potentiellement briser la branche comportant vos précieuses têtes. Néanmoins, hormis cela, vous pouvez lancer votre LST à peu près n’importe quand durant la phase végétative. Le plus tôt sera le mieux.

QU’EN EST-IL DU LST ET DES AUTOFLORAISONS ?

Peut-on appliquer cette méthode aux autoflos ? Absolument Jamy !

Les autoflos poussent rapidement et n’ont pas besoin de changement de cycle d’éclairage pour initier leur floraison, ce qui signifie qu’elles n’ont pas beaucoup de temps pour se remettre des techniques de palissage à haut stress comme l’étêtage et la défoliation. En revanche, avec le LST, les plants peuvent toujours bénéficier d’une exposition maximale à la lumière, et n’auront pas besoin de temps pour se réparer puisque cette technique n’engendre pas de vrais dégâts. Bien que les autoflos de l’ancienne génération ne supporteraient sûrement pas cette technique, les nouvelles elles sont largement en mesure de pouvoir l’assumer.

En fait, le LST peut être un excellent moyen de booster le rendement de vos belles autoflos ! Sachez simplement que celles-ci vont entrer en floraison au bout d’approximativement 4 semaines, alors, n’attendez pas des semaines avant de vous décider à leur appliquer le LST ou non ! Lancez-vous dès que possible pour des résultats optimaux.