• 275

La saison de culture du cannabis est maitresse de la culture en extérieur. Mais elle varie d’un cultivateur à l’autre. Le secret de cette fenêtre de culture dépend de votre latitude, votre altitude et d’autres facteurs. Connaitre votre saison de culture dictera le moment de planter vos graines, palisser vos plants et les récolter.

Saison et cannabis. Voici deux mots qu’il va vous falloir maitriser si vous espérez obtenir une bonne récolte de cannabis en extérieur. Vous ne pouvez vous attendre à simplement planter vos graines et attendre que tout se fasse tout seul avant de passer à la récolte. Utilisez ce guide comme une base pour connaitre votre environnement et vous pourrez obtenir de superbes récoltes chaque année.

Qu’est-ce que la « saison du cannabis » ?

La saison du cannabis fait référence à un laps de temps durant lequel le cultivateur peut cultiver avec succès du cannabis en extérieur. Les cultivateurs d’intérieur du monde entier peuvent allègrement planter, cultiver et récolter culture après culture, peu importe le moment de l’année. Au contraire, ceux et celles qui préfèrent le cannabis cultivé sous le soleil doivent planifier et agir en synergie avec les cycles de la nature. Se plier à a la saison de culture du cannabis n’est pas différent des autres formes d’horticulture. Les jardiniers qui cultivent toute l’année des légumes sont aussi limités dans leurs semis et transplantation par l’arrivée du printemps et enfin finissent forcément par récolter une dernière fois avant la première gelée automnale.

  • Hémisphère Nord

La saison de culture du cannabis varie selon la région. Dans l’hémisphère nord, l’équinoxe de printemps se produit fin mars, marquant le début du printemps et l’allongement des jours. Même si à ce moment, le temps reste trop froid pour cultiver des semis de cannabis en extérieur, de nombreux cultivateurs font le choix de lancer leur saison de culture d’extérieur en intérieur sous des lampes de culture. Selon la date des dernières gelées de chaque région, les cultivateurs viennent typiquement transplanter entre avril et fin-mai. La saison de culture du cannabis, dure entre 6–8 mois au total et touche à sa fin avant les premières gelées de septembre ou d’octobre.

  • Hémisphère Sud

Les choses sont légèrement différentes dans l’hémisphère Sud, là où les saisons sont pratiquement opposées. Là-bas, la saison de culture du cannabis commence en septembre (début du printemps) et se termine en février (fin de l’été) voire en mars (début de l’automne).

  • Régions tropicales

Mais les saisons de culture du cannabis dans le monde ne sont pas binaires. Les individus vivant près de l’équateur peuvent en cultiver toute l’année. Dans ces régions, le jour dure près de 12 heures, quelle que soit la saison. Les climats doux et humides de ces latitudes permettent aux jardiniers de cultiver toutes sortes de plantes en nécessitant peu d’efforts.

Cependant le cannabis pose un défi unique. On pense que les origines des variétés de cannabis photopériodiques se trouvent dans l’Asie orientale. Dans cette région, la plante a dû se plier à des indices saisonniers pour sa croissance, sa floraison et sa reproduction en prévision du gel. Ainsi, elle a développé l’habitude d’initier sa floraison selon les saisons et les heures d’ensoleillement. En intérieur, un cycle de 12 heures de jour, 12 heures de nuit (qui imite la lumière automnale) force le cannabis à fleurir.

Puisque dans les tropiques, la durée d’ensoleillement est constamment dans cette fourchette, les plants photopériodiques initient leur floraison en seulement quelques semaines après la germination. Cependant, certaines mutations sont survenues chez les variétés de cannabis équatoriales pour provoquer leur floraison en fonction d’autres facteurs, ce qui les rend différentes des cannabis photopériodiques ou à autofloraison.

  • Le rôle de l’altitude

Enfin, l’altitude joue aussi un rôle important dans la saison de culture du cannabis, peu importe la latitude. Les saisons de culture sont plus courtes à haute altitude, car le gel se dissipe plus tard et arrive plus tôt. Les variétés à autofloraison ou les plants à culture rapide seront plus adaptés à ces régions.

Si vous êtes un cultivateur avide, vous connaissez probablement déjà les termes : annuel, bisannuel et vivace. Il s’agit là de distinctions très importantes en ce qui concerne l’approche à adopter pour une culture en particulier. Les cultivateurs appliqueront des méthodes très différentes selon la catégorie. Découvrons un peu plus ces étiquettes :

  • Annuel : Le cannabis se trouve dans cette catégorie. Comme son nom l’indique, une plante annuelle vivra l’intégralité de son cycle de vie (de la germination à la floraison et la production de graines) en une seule saison de culture. La survie des nouvelles graines lors de l’hiver assure la survie de la lignée génétique. Parmi les autres plantes annuelles, on retrouve les tomates, concombres et courges.
  • Bisannuel : Ces plantes ont besoin de deux saisons pour se développer et produire des graines. Plusieurs variétés d’oignons, poireaux, laitues et carottes végètent durant la première saison, hivernent, puis donnent des graines le printemps suivant.
  • Vivace : Ces plantes persistent sur plusieurs saisons de culture. Typiquement, la partie haute des plantes vivaces va mourir durant l’hiver et la plante repartira une fois le printemps de retour. De nombreuses plantes vivaces conservent leurs feuilles toute l’année. Parmi les exemples de plantes vivaces, on retrouve le chou kale, les vignes, certaines baies et les arbres fruitiers.

Bien que la génétique ait un rôle majeur dans les caractéristiques saisonnières des plantes, l’environnement influence aussi leur cycle de vie. Par exemple, les plantes bisannuelles cultivées dans des régions chaudes où la saison de croissance est longue peuvent vivre tout leur cycle de vie en une seule saison, ce qui en fait des plantes annuelles selon les facteurs environnementaux.

Comprendre la photopériode

La photopériode fait référence au cycle récurrent de jour et de nuit auxquels les plantes sont exposées. Comme nous l’avons mentionné, de nombreuses variétés de cannabis sont sensibles à la lumière et progresseront de la croissance à la floraison alors que la lumière disponible s’amenuise.

Ainsi, les cultivateurs de variétés photopériodiques ont besoin de bien connaitre le climat de leur zone de culture. Les cultivateurs doivent planter leurs graines assez tôt que pour permettre à leurs plantes d’atteindre la taille souhaitée avant que les heures de jour ne diminuent à la fin de l’été. Se lancer en intérieur offre aux plants les meilleures chances de survie, surtout si la saison globale de culture est plus courte. Même après que la floraison ait commencé, les variétés sativa mettent typiquement plus longtemps à murir et de ce fait, nécessitent une floraison plus longue que leurs cousines indica.

Pour les personnes qui vivent sous des latitudes extrêmes, la plupart des variétés photopériodiques ne peuvent suivre le changement de saison. Heureusement, un type de cannabis particulier a évolué exactement pour débarrasser le cultivateur de ce dilemme. Les variétés à autofloraison sont originaires d’une sous-espèce de cannabis connue sous le nom de ruderalis. Ce type de cannabis a évolué dans des latitudes nordiques et a muté pour s’adapter à ces conditions.

Au lieu de se reposer sur la photopériode, le cannabis ruderalis fleurit en fonction de son horloge interne. Les plants entrent typiquement en floraison quelques semaines après la germination, une fois qu’ils disposent de 5–7 nœuds. Puisque les autos ont un cycle de vie total court, 8–12 semaines, elles sont idéales pour les cultivateurs vivant dans des climats froids aux saisons de culture courtes.

Calendrier de culture du cannabis en fonction de saisons

Peu importe où vous vivez, chaque période de la saison de culture du cannabis correspond à différents stades de son cycle de vie. Les personnes cultivant sous des saisons plus longues ont plus de jeu, surtout pour ce qui est de se lancer plus tôt, mais les calendriers finissent généralement par se rejoindre. Ci-dessous, nous nous intéresserons brièvement à quelle phase de culture correspond à quelle période de l’année en nous concentrant sur l’hémisphère nord.

  • Début du printemps (germination)

La saison de culture débute souvent en intérieur dans l’hémisphère et elle y reste généralement jusqu’à fin-mars. Des températures et une humidité plus contrôlées permettent une germination plus fructueuse et des taux de survie des semis plus élevés. La plupart des cultivateurs gardent leurs semis en intérieur sous des lampes artificielles jusqu’à ce qu’elles aient pris un peu de volume et ainsi leur évitent d’être victimes des gels létaux.

  • Fin du printemps (transplantation)

Une fois que les risques de gel sont écartés (généralement début-mai) les cultivateurs peuvent commencer à placer leurs jeunes plants en extérieur. Cette période d’acclimatation permet aux plants de s’habituer à leur nouvel environnement de culture plus tranquillement. Cela implique essentiellement de placer les plants en extérieur de plus en plus longtemps chaque jour, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de risque de les voir faire face à un choc de transplantation. Si vous disposez d’une serre ou d’un polytunnel, vous pouvez les y transplanter et maintenir la vitesse de développement tout en protégeant vos plants du mauvais temps.

  • Début de l’été (croissance/fin des autos)

La plupart des autos toucheront à leur fin durant les mois de juin et de juillet. Pendant ce temps, les cultivateurs photopériodiques s’adonneront à la taille et au palissage de leurs plants en croissance afin de former la canopée et augmenter le nombre de futurs sites de têtes.

Calendrier de culture du cannabis en fonction de saisons
  • Fin de l’été (fin de la croissance, début de la floraison)

Engraissage, arrosage et palissage continus sont le mot d’ordre de cette période. Les plants prendront du volume de manière significative et la diminution progressive de la photopériode en aout provoquera des changements physiologiques au sein des plants pour les pousser à commencer leur floraison.

  • Début de l’automne (floraison et récolte)

À ce moment, les cultivateurs passent aux engrais de floraison et visent à réduire l’humidité des serres à l’aide de ventilations adéquates. En extérieur, les plants sont exposés aux rayons UV, ce qui vient généralement augmenter leurs concentrations de terpènes et de cannabinoïdes par mesure préventive. Les variétés à dominance indica atteindront généralement leur phase de floraison durant le début de l’automne (mi/fin-septembre), tandis que les sativa les plus grandes auront typiquement besoin de plus de temps pour murir. Les cultivateurs pourront rincer leurs plants, récolter et transformer leurs fleurs.

Pourquoi différentes variétés de cannabis murissent à différentes vitesses ?

Différentes variétés de cannabis murissent à différentes vitesses pour un tas de raisons. Ici, les génétiques jouent un rôle majeur. Les plants à autofloraison terminent leur course plus rapidement en raison de mutations qui les forcent à fleurir en fonction de leur âge, tandis que les cultivars photopériodiques cultivés dans des zones où la saison de cannabis est plus longue prendront des semaines voire des mois de plus pour atteindre la récolte. Au sein de la catégorie du cannabis photopériodique, on retrouve des variétés à dominance indica qui ont tendance à terminer leur course plusieurs semaines avant celles ayant une dominance sativa plus importante.

L’environnement joue un rôle important pour ce qui est de la vitesse à laquelle une plante atteint sa maturité. Par exemple, les variétés photopériodiques cultivées près de l’équateur fleuriront plus tôt et se récolteront plus vite en l’échange de rendements diminués. De plus, des techniques telles que la privation lumineuse peuvent être employées pour initier la floraison si nécessaire.

Utilisez notre Seedfinder pour trouver les plants parfaits en fonction de votre environnement

Il y a un tas de choses à prendre en compte quand on cultive de la weed en extérieur, mais l’environnement reste une des plus importantes. Combien de temps dure votre saison de culture ? Quelle quantité de pluie en été ? Les gels surviennent-ils durant le printemps ou le début de l’automne ? Heureusement, les sélectionneurs ont travaillé d’arrache-pied durant des années pour produire des cultivars qui offrent de bonnes performances dans des environnements spécifiques allant des climats froids et pluvieux aux climats secs et chauds.

Pour vous simplifier la vie, nous avons développé un Seedfinder pour cannabis qui vous aidera à affiner votre recherche en fonction de nombreux facteurs, y compris les conditions de culture telles que la période de floraison.

Comment la saison de culture du cannabis affecte tout le secteur du cannabis

Comme vous vous en doutez, la saison du cannabis n’affecte pas que les cultivateurs domestiques, mais aussi le secteur tout entier, surtout dans les pays et états légaux. La demande pour un cannabis biologique et cultivé en extérieur a explosé et les consommateurs sont attirés par l’idée des têtes dont la production de métabolites secondaires aura été alimentée par les rayons du soleil. Cependant, l’offre fluctue selon le rythme de la nature.

Les étagères des dispensaires débordent d’herbes cultivées au soleil durant l’automne et l’offre reste généralement généreuse durant l’hiver. Mais la disponibilité commence à diminuer à la fin de l’hiver ou au début du printemps : c’est alors que le cannabis cultivé en intérieur domine.

Les têtes cultivées en extérieur sont rares durant le printemps, jusqu’à ce que les premières récoltes d’autoflo inondent à nouveau le marché au début de l’été. Enfin, le gros des stocks de variétés photopériodiques arrive en magasin à la suite de la fin de la saison.

Comment planifier une saison de culture de cannabis en extérieur ?

Pourquoi passer du temps à penser à la saison de culture du cannabis en tant que cultivateur ? Car c’est elle qui dictera toute votre culture ! Renseignez-vous sur votre climat, les dates des gelées, les plantes de compagnonnages de votre région et les variétés les plus compatibles.

De plus, admettez que le travail ne s’arrête pas après la récolte. Il y a de nombreuses choses à faire si vous souhaitez optimiser votre espace de culture, telles que l’ajout de compost à vos plantes-bandes et leur paillis pour les préparer à la prochaine saison de culture. De nombreux cultivateurs plantent aussi des cultures de couvert végétal pour que le sol reste occupé par des racines et ainsi s’assurer du maintien d’un sol vivant avec une activité microbienne. Une fois le printemps venu, il suffit de récolter ces plants et de les incorporer dans votre compost. Maintenant que vous connaissez mieux la saison de culture dans son ensemble, renseignez-vous sur votre climat et vos plants vous récompenseront pour vos efforts.