• 1 058

La ministre de la Santé se dit « optimiste » sur une présentation « plus ou moins rapide » d’un concept du gouvernement vers une dépénalisation limitée avant les élections parlementaires.

Le projet pilote sur la légalisation du cannabis au Luxembourg devrait « bientôt » passer devant le Conseil de gouvernement, selon la ministre de la Santé Paulette Lenert lors d’une interview accordée à RTL. La vente contrôlée par l’État, comme en Allemagne, devrait pouvoir être autorisée dans le cadre d’une « expérience », afin de ne pas enfreindre les règles internationales.

La ministre est optimiste quant à la présentation d’un nouveau concept, avec pour but de trouver des alternatives à la gestion du cannabis qui auraient des meilleurs résultats que la politique actuelle: « les mesures mises en place n’ont clairement pas porté leurs fruits« , admet Paulette Lenert.

Un projet de loi concernant la légalisation du cannabis au Luxembourg pourrait être déposé avant les élections parlementaires d’octobre, mais la ministre est restée vague sur ce sujet.

AMENDEMENTS POUR LES PLANTATIONS CHEZ SOI

Après l’avis du Conseil d’État qui avait formulé 4 oppositions formelles il y a plusieurs semaines, le ministère de la Justice est en train de plancher sur plusieurs amendements au projet de loi prévoyant la dépénalisation d’une possession limitée ainsi que l’autorisation de faire pousser jusqu’à 4 plants de cannabis dans le cadre de la sphère privée.

La coalition serait en train de tout faire afin que cette première phase de la légalisation du cannabis soit votée à la Chambre avant le mois d’octobre, même si cela représente une course contre la montre.

S’INSPIRER DE L’ALLEMAGNE

La ministre de la Santé a également expliqué que le Luxembourg était en contact étroit avec d’autres pays. Le Grand-Duché bénéficie clairement de la situation en Allemagne qui a récemment décidé de limiter sa dépénalisation sans l’abandonner complètement.

Le gouvernement allemand a publié mercredi une nouvelle version édulcorée de cette réforme qui autorisera les majeurs à posséder de petites quantités de cannabis. « Les objectifs initiaux n’ont pas changé (…): plus de sécurité dans la consommation, enrayer le marché noir, meilleure protection des jeunes« , a énuméré le ministre de la Santé social-démocrate Karl Lauterbach lors d’une conférence de presse. Le premier volet du plan autorise la création d’associations à but non lucratif dont les membres adultes, limités à 500, pourront cultiver la plante pour leur seule consommation, sous surveillance des pouvoirs publics. La création de ces « clubs cannabis » doit faire l’objet d’un projet de loi dès avril, qui devra être adopté par les députés.

Les particuliers seront autorisés à posséder jusqu’à 25 grammes de cannabis pour leur usage personnel, et pourront cultiver trois pieds de la plante par adulte. « La consommation pourrait ainsi être légalisée dès cette année« , a souligné le ministre de l’Agriculture Cem Özdemir (Verts) durant la même conférence de presse.