• 968

Il existe un pays partiellement francophone sur le sol Européen, où le niveau de vie moyen n’est finalement pas si mauvais et où la population en majorité est relativement en phase avec ses dirigeants: La Suisse.  Aux frontières de la Gaulle, le Cannabis est en passe de s’imposer non plus comme un problème de sécurité publique mais comme une tolérance progressive et un outil médical partagé.

En effet, la Suisse, a légalisé l’usage du Cannabis thérapeutique en 2011 puis décriminalisé la possession de petites quantités d’herbe, pour entamer un processus de légalisation qui se poursuit au travers des différentes villes  dont Zurich  Genève qui retient aujourd’hui l’attention du public et des médias. 

Zurich, Genève: La Suisse libère le Cannabis, les lendemains qui chantent sont sur Le Cannabiste.

La Suisse a récemment connu plusieurs évolutions significatives en ce qui concerne la réglementation du cannabis. Bien que la possession, la vente et la consommation de cannabis soient toujours techniquement illégales en Suisse, certaines réglementations ont été assouplies ces dernières années.

En 2011, la Suisse a légalisé l’utilisation du cannabis thérapeutique pour les patients atteints de maladies graves telles que le cancer, la sclérose en plaques et l’épilepsie. Depuis lors, les patients peuvent obtenir une prescription pour du cannabis auprès de leur médecin, qui peut être acheté dans des pharmacies spéciales.

La loi suisse sur les stupéfiants permet également aux patients de cultiver leur propre cannabis thérapeutique, mais ils doivent obtenir une autorisation spéciale de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

#Dépénalisation

En 2012, la Suisse a modifié sa législation sur les stupéfiants pour dépénaliser la possession de petites quantités de cannabis pour usage personnel. Les personnes prises en possession de moins de 10 grammes de cannabis ne sont plus poursuivies pour infraction pénale, mais peuvent recevoir une amende.

Cependant, il est important de noter que la dépénalisation ne signifie pas la légalisation. Le cannabis reste illégal en Suisse et sa possession peut encore entraîner des conséquences juridiques.

En 2020, une initiative citoyenne a été lancée pour légaliser complètement le cannabis en Suisse. Bien que l’initiative n’ait pas encore abouti, elle a suscité un débat important dans le pays sur la réglementation du cannabis et sur les avantages et les inconvénients potentiels de sa légalisation.

En attendant, certaines régions de la Suisse ont mis en place des programmes de distribution de cannabis récréatif. La ville de Zurich a lancé un projet pilote en 2019 qui permettait la vente de cannabis récréatif dans des boutiques autorisées.

Le programme a été un succès, ce qui a incité d’autres villes suisses à envisager des dispositifs similaires.

#Zurich

Dans le cadre d’une étude scientifique de trois ans et demi débutant cet été, 2’100 habitants de la plus grande ville de Suisse pourront acheter des doses réglementées de cannabis à usage personnel, à condition de répondre tous les six mois à un questionnaire sur leur consommation habitudes et santé.

L’annonce du gouvernement suisse fait suite à l’approbation finale du département fédéral de la santé. Le cannabis sera disponible pour les participants à l’achat dans les pharmacies, les dispensaires spéciaux et les clubs sociaux de Zurich à partir de juillet à des prix qui peuvent être ajustés pour refléter les changements des prix du marché noir.

Selon des enquêtes de santé publique en Suisse, un adulte sur trois a essayé le cannabis. A Zurich, une ville de 400 000 habitants, environ 13 000 habitants sont des utilisateurs réguliers.

#Genève

La ville emblématique de la Suisse Francophone fait désormais figure de nouvelle Amsterdam au regard de sa tolérance au Cannabis, on se retrouve même à la une de 20 minutes avec des titres à faire disjoncter un prohibo français :

La dernière analyse de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, publiée cette semaine montre que les Suisses sont de gros consommateurs de cannabis. En effet, outre Genève, Zurich et Bâle arrivent respectivement en cinquième et sixième positions du classement Européen. Ce qui est remarquable.

* * *

Mais dans les faits ça n’est pas toujours aussi simple, nous sommes allés à la rencontre de Simon, c’est un résident de Genève, père de famille et cadre supérieur, il consomme quotidiennement du Cannabis, on l’écoute.

« Peut-être que sur le papier la situation semble ‘cool’ en Suisse avec le Cannabis. Mais dans les fait c’est parfois moins facile. 

Ce qui est sur c’est que personne ne vous embête aujourd’hui pour avoir fumé un joint dans un parc à Genève. Mais pour détention de Cannabis, selon le policier qui vous contrôle ça peut aller loin.