• 223

On connaît les propriétés thérapeutiques du Cannabis, mais aussi les prouesses industrielles que l’on peut tirer de ses fibres. Désormais, des chercheurs belges se penchent sur sa capacité à « dépolluer » des sols contaminés par des métaux lourds. C’est l’objectif d’une étude, en cours, menée par l’Université Catholique de Louvain. Les résultats seraient « prometteurs », selon les scientifiques.

« Le chanvre accumule les métaux lourds dans ses parties aériennes et met en place des stratégies de résistance face à un environnement pollué », se réjouit Marie Luyckx, doctorante en physiologie végétale, dans le communiqué de l’Université. La chercheuse codirige cette étude avec Stanley Lutts, professeur à la Faculté des sciences.

Concrètement, les scientifiques vont faire pousser du chanvre en serre, puis directement en terre. Une fois planté, il devra « nettoyer » des sols contaminés par du cadmium, zinc, ou plomb. A l’époque, les industriels ne s’embarrassaient pas : ils rejetaient directement les métaux lourds dans le sol. Ces terres peuvent aussi souffrir d’un trop fort taux de fertilisants, utilisés dans l’agriculture.

En Europe, l’équivalent de la Grèce en sols pollués

Un sol pollué ne peut pas être cultivé pour y produire de la nourriture humaine. C’est donc un enjeu de les nettoyer. Surtout que, « en Europe, 137 000 km2 de terres agricoles sont contaminés aux métaux lourds, et donc, impropres à l’utilisation à des fins alimentaires », note l’Université. C’est l’équivalent du territoire de la Grèce.

Une fois le sol dépollué, que faire du plant de Cannabis ? Aura-t-il absorbé tous ces métaux lourds ? Non, jure l’université, qui promet que le plant pourrait même s’utiliser dans l’industrie. A une condition : il pourra servir « en fonction des normes Oeko-tex fixées et/ou de traitements associés pour éviter que les métaux lourds ne soient libérés par la suite ».

Les deux chercheurs « envisagent d’analyser les fleurs du chanvre contaminé afin de déterminer si elles sont saines et exploitables pour en tirer des cannabinoïdes à usage thérapeutique », promet le communiqué.

Une précédente étude américaine suggérait que les fleurs de chanvre ayant poussé dans un environnement pollué étaient propices à la consommation.

Source: Cliquez ici!