judge
  • 56
  • 0

Le tribunal Italien de la ville d’Ancône vient de statuer pour la relaxe d’un détaillant de fleurs de chanvre arrêté en Juin 2018 et dont le magasin avait été fermé par la justice. L’expert santé Italien, mandaté par la justice a expliqué que le seuil de 0.5% de THC ne permettait pas à qualifier le Cannabis léger en stupéfiant. Une actualité ‘al dente’ sur Le Cannabiste.

Nous le voyons régulièrement ici, l’Italie est un des fronts Européens les plus actifs en matière de justice autour du Cannabis ou du chanvre. D’un côté les commerçants du changement qui ne demandent pas mieux que de payer légalement des taxes.

De l’autre, une arrière garde conservatrice relativement manipulée par des partis de droite puissants et dont la frilosité profite à la pègre depuis plus de 40 ans.

En Italie le prohibitionnisme enrichit très certainement la corruption comme c’est le cas ailleurs, à ceci près que les proportions. Car on parle pour l’Italie, d’un crime organisé à très très grande échelle autour du marché parallèle de Cannabis.

Ces dernières semaines, on assiste à un véritable match médiatique en Italie, entre d’un côté, les autorités qui ne veulent entendre parler de cannabis à aucun prix, de l’autre les commerçants et toute une partie la gauche parlementaire Italienne dont le projet est de se réapproprier le chanvre d’une façon élargie.

Le député Matteo Mantero, qui porte actuellement, une proposition de loi pour légaliser le Cannabis a pour adversaire direct, Matteo Salvini, qui lui répondait au début du mois, en ‘enterrant’ cette même proposition. C’est désormais à la justice de trancher au cas par cas comme le permet la loi. Une situation assez chaotique, un parcours désormais ponctué de déclarations fumeuses, de saisies inutiles et de sentences contradictoires.

Nous avions déjà surpris les journaux Italiens la main dans le sac de weed et les mêmes causes viennent de produire les mêmes effets. Comme nous l’avait annoncé le député Matteo Mantero, lors de son interview sur le Cannabiste.

Il fallait attendre les motivations des sections unies de la cour de cassation Italienne pour pouvoir interpréter de manière plus claire la sentence émise le 30 mai dernier.

Le tribunal d’Ancône, vient d’ordonner la relaxe pour un commerçant de Cannabis light qui s’était vu confisquer tout son stock en Juin 2018. Après une année de bataille juridique, où les juges avaient déjà prononcé l’illégalité de la confiscation, le procureur avait saisi la cour de cassation, espérant obtenir gain de cause. Les juges ont attendu les motivations des sections unies de la cassation. 

Pour la suite de l’article cliquez ici.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *