• 227

Le PDG de la Société Québécoise Du Cannabis la SQDC, vient d’annoncer que la moitié du marché noir a été résorbée au Québec, au seuil anniversaire des 2 ans de la légalisation du Cannabis.

50 Millions de Dollars devraient être versés à l’état au titre de dividendes cette année, sans compter les taxes. Le prix du gramme est sur Le Cannabiste.

* * *

Avec l’internet et les avions, de nos jours en France, il n’y a plus d’endroit reculé dont on ne sait pas grand chose depuis la capitale.

Le brouillard d’un lointain mystère n’enveloppe plus la Bretagne ou bien la Creuse non. Mais désormais, par voie de conséquence, le voisin Canadien aussi, est rendu tout proche. Alors les nouvelles Francophones vont bien vite depuis le Québec: le marché noir serait en chute. Le Cannabis créateur d’emploi et vecteur de paix sociale, ne serait en fait, pas ‘de la merde’.

Une des vertus manifestes de la légalisation de l’herbe serait la disparition des dealers. Tenez, par exemple, il ne viendrait à l’idée de personne aujourd’hui d’acheter en France son pinard au marché noir, après tout.

#Légal

La belle Province n’aura jamais autant mérité son surnom que depuis le 17 Octobre 2018 au jour de la légalisation du Cannabis.

Alors que du côté Anglophone, pour ne parler que l’Ontario, la législation sur le Cannabis est plus ouverte à marché concurrentiel.

* * *

Du côté Québécois, on lui a préféré une situation de monopole avec la création de la SQDC. La régie gère intégralement la distribution du Cannabis et ne souffre d’aucune concurrence.

L’aspect pratique c’est la possibilité de savoir exactement quel Cannabis est vendu légalement mais surtout combien, en tout.

  • 75 Tonnes de Cannabis vendues les 12 derniers mois
  • Un prix moyen au gramme de cannabis légal à 6,67$
  • Entre 2 et 300 produits proposés en continu
  • 46 magasins disponibles, 20 de plus d’ici mars 2021
  • 700 employés répartis dans toute la province

Interrogé par la presse sur l’évolution du marché en général, Jean-François Bergeron, le directeur général de la SQDC déclare.

« Le 50 % (du marché noir), on le voyait peut-être plus au cours de la troisième année C’est plus agressif que l’on pensait. Je pense qu’on peut atteindre 75 % (du marché illicite) dans deux ans. » – Source

Quant au COVID, la SQDC teste en ce moment des systèmes de livraison à domicile. De nouveaux produits tels que les haschich ou les boissons infusées sont à présent disponibles suivant la législation en vigueur dans ce grand et beau pays libre.